Paroisse Carquefou-Suce-sur-Erdre

Prière pour les vocations

À partir du dimanche 8 mai, dimanche du Bon Pasteur et Journée mondiale de prière pour les vocations, notre diocèse entre dans une « année de l’Appel ». Certains d’entre vous se souviennent sans doute d’une initiative du même nom, en 2008-2009, sous l’épiscopat de Mgr Soubrier. De nouveau, le Service diocésain des vocations est à l’origine de cette année spéciale : thème, initiatives et projets divers lui donneront sens et contenu.
Pourquoi une année de l’Appel ?
« Je suis convaincu que c’est en donnant consistance et visibilité à la dynamique vocationnelle du peuple de Dieu que l’on pourra aider toutes les vocations à mûrir et à se développer. Prions donc le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson, dans la certitude que tout ce que nous demanderons au Père des Cieux, il nous l’accordera ! » (Mgr Laurent Percerou, extrait de l’éditorial, Église en Loire-Atlantique, mai 2022)
Comment cela se passera-t-il dans notre paroisse ?
Chaque dimanche, une Vocabox sera transmise à un foyer (famille, couple, personne célibataire) pour une semaine. À peine plus grande qu’une boîte à pizza, elle contient :
une icône des saints Enfants Nantais, reproduite par les bons soins des sœurs Clarisses de Nantes (voir miniature ci-contre). Les prénoms des saints patrons de notre diocèse, Rogatien et Donatien, signifient respectivement « demander » et « donner », en lien avec le thème de cette année.
deux votives, pour prier en famille ou avec des amis.
un carnet de notes, qui transmettra vos intentions de prière aux suivants.
un « vocacube », objet ludique pour parler du thème des vocations avec des petits ou des grands (réalisation du diocèse de Rennes).
Comment accueillir chez soi cette Vocabox, avec l’icône, pendant une semaine ?
Un tableau affiché au fond des églises permettra d’inscrire son nom, à l’avance. La transmission de la Vocabox se fera à la fin de la messe dominicale de ///
Des signets de prière seront aussi distribués, avec une prière composée par notre évêque. Nous serons invités à la dire ensemble, à la fin de nos eucharisties dominicales.
Si nous partons de la conviction que l’Esprit continue à susciter des vocations au sacerdoce et à la vie religieuse, nous pouvons “jeter de nouveau les filets” au nom du Seigneur, en toute confiance. Nous pouvons oser, et nous devons le faire : dire à chaque jeune qu’il s’interroge sur la possibilité de suivre ce chemin. Parfois j’ai fait cette proposition à des jeunes qui m’ont répondu presqu’avec dérision en disant : “Non, la vérité est que je ne vais pas de ce côté”. Cependant, quelques années après, certains d’entre eux étaient au Séminaire. Le Seigneur ne peut pas manquer à sa promesse de laisser l’Église privée de pasteurs sans lesquels elle ne pourrait pas vivre et réaliser sa mission. Et si certains prêtres ne donnent pas un bon témoignage, ce n’est pas pour cela que le Seigneur cessera d’appeler. Au contraire, il double la mise parce qu’il ne cesse pas de prendre soin de son Église bien-aimée. Dans le discernement d’une vocation, il ne faut pas exclure la possibilité de se consacrer à Dieu dans le sacerdoce, dans la vie religieuse ou dans d’autres formes de consécration. Pourquoi l’exclure ? Sois certain que, si tu reconnais un appel de Dieu et que tu le suis, ce sera ce qui te comblera. Pape François, Exhortation apostolique aux jeunes, Christus Vivit, n.274-276